Potagers urbains à Genève : une alternative durable pour l’alimentation en ville

February 16, 2024

Les potagers urbains sont des espaces de culture de légumes, de fruits et de plantes aromatiques en ville. Ils peuvent prendre différentes formes : lieux familiaux, lieux partagés, jardins sur les toits, etc. À Genève, les jardins citadins sont de plus en plus nombreux et diversifiés. Ils représentent une alternative incontournable pour l’alimentation en ville, en favorisant la production locale, la biodiversité et le lien social d’une manière optimale.

Quels sont les avantages environnementaux, sociaux et économiques ?

Les agricultures urbaines sont des formes d’agriculture pratiques en ville, sur des surfaces réduites ou inutilisées. Ils présentent de nombreux avantages pour l’environnement, la société et le développement l’économie. Vous pouvez parcourir ce site pour en savoir plus.

A lire aussi : Pourquoi choisir un serrurier au Pays de Gex pour vos besoins de sécurité ?

Avantages environnementaux

Les jardins citadins contribuent à la biodiversité en accueillant des espèces végétales et animales variées.

  • Ils réduisent les émissions de gaz à effet de serre en limitant le transport des aliments et en favorisant le compostage des déchets organiques. 
  • Ils améliorent la qualité de l’air et le climat en filtrant les polluants et en régulant la température.

Avantages sociaux

Toutes les années, l’agriculture urbaine renforce les liens familiaux et la solidarité entre les habitants, qui partagent leurs savoirs, leurs récoltes et leurs expériences. 

Lire également : Vous êtes à la recherche d'une gamme complète de fournitures de bureau pour satisfaire tous vos besoins ?

  • Elle offre des espaces de vie et de loisirs aux citadins, qui peuvent se ressourcer, se détendre et se divertir dans la nature. 
  • Elle sensibilise les enfants et les adultes aux enjeux de l’alimentation, de la santé et de l’écologie.

Avantages économiques

Chaque jardin permet aux citadins de produire une partie de leur alimentation, ce qui réduit leurs dépenses et augmente leur autonomie. 

  • Il crée des emplois et des revenus pour les agriculteurs, les associations, les entreprises et les collectivités qui gèrent ou soutiennent ces plans. 
  • Il valorise le patrimoine et l’attractivité du quartier, en embellissant le paysage et en proposant des activités culturelles et touristiques d’une manière adéquate.

Quelles sont les étapes clés pour créer et gérer une agriculture urbaine ?

Créer et gérer une agriculture urbaine n’est pas si compliqué, il suffit de suivre quelques étapes essentielles.

Choix de l’emplacement

Il faut choisir un lieu adapté à la ville, qui dispose d’un accès à l’eau, d’une exposition au soleil et d’une protection contre le vent. Il faut aussi tenir compte des règles et des autorisations nécessaires pour l’usage d’un espace, qu’il soit public ou privé.

Préparation du sol

Il faut préparer le sol en le désherbant, en le fertilisant et en le nivelant. Il faut aussi choisir le type d’agriculture urbaine : en pleine terre, en bac, en pot ou en jardinière. Il faut enfin installer des structures de soutien, comme des tuteurs, des treillis ou des serres.

Sélection des cultures

Il faut sélectionner des plantes adaptées au climat et à la saison de la Suisse, en privilégiant les variétés locales et les semences biologiques. Il faut aussi choisir des plantes compatibles entre elles, en respectant les associations et les rotations favorables. Il faut enfin diversifier les plantes pour créer un potager riche et harmonieux, en mélangeant les légumes, les fruits, les fleurs et les aromatiques.

Techniques de culture urbaine

Il faut jardiner en suivant les pratiques du jardinage citadin, qui visent à optimiser l’espace cultivé, à économiser l’eau et à protéger la nature. Il faut notamment tenir un agenda et suivre les techniques, comme le paillage, le compostage, le mulching, la permaculture ou le jardinage vertical. Il faut aussi entretenir la culture urbaine, et ce, en l’arrosant, en la désherbant, en la taillant, etc.

Quels sont les initiatives et les exemples existants ?

À Genève, chaque potager citadin est devenu un phénomène de plus en plus répandu et apprécié. Ils sont portés par des associations variées, qui ont des projets innovants et participatifs.

Résolutions publiques

Le projet parc de l’État soutient les agricultures urbaines à travers la réforme de la loi sur l’agriculture urbaine, qui reconnaît leur intérêt et leur accorde des subventions. Genève encourage la création de ce type de jardin à travers le programme « Genève, ville comestible », qui vise à créer un nouvel espace de vie dans les parcs et les quartiers. Ce plan de réforme à Genève accompagne également les jardins citadins familiaux à travers le service « Agri Urbain », qui propose des conseils, des formations et des ateliers aux agriculteurs. Il vise également à optimiser les croissances économiques ou sociales du pays. Il en est de même pour la création des liens familiaux.

Résolutions privées

L’association « Jardins Urbains » anime les potagers urbains à travers le réseau « Jardin Suisse », qui regroupe plus de 200 sites de jardinage dans le canton. L’entreprise « Potagers Urbains » crée des jardins à travers différents concepts comme installer ides bacs du potager sur les toitures des immeubles. En Suisse, le projet expérimente les jardins citadins à travers le modèle « Jardin en transition », qui transforme des parcelles de terre en friche en jardin familial partagé et solidaire.

Quelles sont les ressources disponibles pour les soutenir ?

Si vous souhaitez créer ou rejoindre une agriculture urbaine dans la ville de la Suisse, à Genève, vous pouvez bénéficier de plusieurs ressources qui vous aideront à jardiner convenablement.

Ressources financières

Vous pouvez demander des subventions à la collectivité territoriale ou à la Ville, qui soutiennent les idées des jardins familiaux citadins dans le cadre de leur politique agricole et environnementale. Vous pouvez aussi solliciter des sponsors ou des mécènes, qui peuvent vous fournir des fonds ou des matériaux en échange de visibilité ou de contreparties.

Ressources matérielles

Vous pouvez trouver des surfaces de potager disponibles sur le site du service « Agri Urbain », qui recense les terrains, les toits et les balcons proposés par des propriétaires ou des locataires. Vous pouvez aussi obtenir des outils et des plantes auprès de l’association « Jardins Urbains », qui organise des bourses et des trocs de jardin cultivé.

Ressources humaines

Vous pouvez rejoindre un réseau de jardiniers, qui vous permettra de partager vos savoirs, vos expériences et vos récoltes avec d’autres passionnés. Vous pouvez aussi bénéficier d’un accompagnement professionnel, qui vous offrira des conseils, des formations et des événements sur les plantages et les enjeux du jardinage urbain.

Graine de Carotte : la référence dans les cultures urbaines

Graine de Carotte est une entreprise spécialisée dans les potagers citadins en Suisse. Elle propose des ateliers, des formations sociales et des plans pédagogiques autour du jardinage et de la permaculture.

Pour les écoles

Graine de Carotte accompagne les enseignants et les élèves dans la création et la gestion de cultures pédagogiques adaptées à chaque niveau scolaire. Elle offre un programme transversal et ludique, qui permet aux élèves de découvrir le monde fascinant des plantes potagères, de la graine à l’assiette.

Pour les adultes

Graine de Carotte organise un événement pour les adultes qui souhaitent apprendre ou approfondir leurs connaissances sur la permaculture et le jardin au naturel. Elle aborde des thèmes variés, comme le choix des variétés, la préparation du sol, les nouvelles techniques de culture, la biodiversité, etc.

Pour les collectivités

Graine de Carotte participe à des ateliers qui visent au développement continu du jardin citadin comme un choix idéal pour l’alimentation et l’environnement en ville. Elle collabore avec des acteurs publics et privés, comme l’État, la Ville, les associations, les entreprises, etc.